En apprendre plus...

Les montagnes se rebellent -épisode I -

Dernière mise à jour : 20 sept. 2021


📌 Face aux différences de points de vue entre élus et citoyens, les associations et collectifs sont de plus en plus nombreux. La prise de conscience écologique existe mais elle n'est pas traitée de la même manière que l'on soit élus ou citoyens... Ces derniers s'érigent et s'organisent contre les projets ne prenant plus en compte l'environnement, la biodiversité, contre les financements passéistes, contre les campagnes de communication de "lavage plus vert" qui ne changent en rien à la résilience de la station de ski face au défi énergie climat.


💧 Exemple 💧 la construction d’une retenue collinaire de 148 000 m3 d'eau, dans le bois de la Colombière, sur la plateau de Beauregard à La Clusaz


Projet pour l’usage du ski principalement, de l’enneigement artificiel au détriment d’une faune et d’une flore rares, au détriment de projets d’avenir pérennes prenant en compte le bouleversement climatique,


Dans une zone classée ZNIEFF, tourbière, protégée par deux arrêtés préfectoraux de biotopes. Une grande partie de la zone est classée Natura2000 (dossier)- une tourbière remarquable risquerait d'être très fortement impactée par les installations, selon les différents rapports.

Nota : pourquoi les tourbières sont protégées ? "Les tourbières sont des régulateurs : elles filtrent ou stockent l'eau, ralentissent son écoulement et constituent des réservoirs naturels d'eau potable. Elles créent des microclimats frais, réduisent l'importance des crues et limitent l'érosion en montagne en stabilisant les sols. Les tourbières ne couvrent que 3 % de la surface terrestre mais stockent le carbone presque autant que l’atmosphère terrestre et deux fois plus que les forêts (qui couvrent 30% de la surface terrestre )."


Ce que mettent en avant les associations et collectifs ainsi que le COMPTE-RENDU AVIS DE CONCERTATION PREALABLE :

  • destruction du bois de la Colombière situé à l'Est du plateau, dans un site d’une grande richesse environnementale et de biodiversité,

  • danger d'équilibre hydrologique,

  • condamnation des écosystèmes uniques dont onze habitats naturels à protéger,

  • portera atteinte au paysage exceptionnel de Beauregard ,

  • stockage de 148 000 m3 d'eau NON potable,

  • destruction directement de 8 hectares d'habitat naturel (cinq terrains de foot),

  • construction d'une digue de 12m de haut, avec un risque de rupture,

  • destruction d'un pan de la montagne de manière irréversible,

  • le projet ne prend pas en compte le défi énergie climat fixé par l'Europe,

  • les déclarations des élus stipulant que transition du ski sera financée par le ski ne satisfont pas les habitants

  • On ne peut pas blâmer les touristes, les skieurs utilisant les installations mises à leur service.... Le changement se fera par l'offre... Offrons aux visiteurs d'autres alternatives ! Puisque la demande est créée par l'offre !

ENFIN, est demandée la vérité sur une nappe phréatique de 10 millions de m3 d'eau, dans le centre du village, au lieu-dit du Bossonnet. Une nappe mise en évidence par deux rapports, commandés par les élus de mandatures précédentes. Nappe jamais sondée, jamais exploitée mais dont les rapports de 2007 et 2011 insistent sur son importance : elle pourrait permettre une autonomie en eau à La Clusaz ainsi qu'à trois autres bourgs.


ETUDES ET ARTICLES

Chacun sa vérité !

Chacun sa logique de fonctionnement !

Chacun s'organise et prend position ! Chacun communique ! Comment un Directeur de remontées mécaniques peut argumenter : ""Nous avons ouvert un nouveau dossier pour un plan stratégique à 15 ans, comprenant le creusement d’une nouvelle retenue d’eau d’altitude sur Beauregard, (...). Nous travaillons et débattons de plusieurs scénarios. Notre décision interviendra début 2018, pour une première mise en œuvre dès 2021. Nous investissons entre 10 et 12 millions d’euros tous les trois/quatre ans. Le projet (...) a pour finalité de permettre à court et moyen-terme l’enneigement de 33 hectares de pistes supplémentaires et de 41 hectares à plus long terme" ? Comment à la question "La France a été rétrogradée à la 3e place du classement mondial des destinations neige. Êtes vous inquiets ?" la réponse peut-être : "Non. Si l’enneigement est satisfaisant, nous retrouverons notre deuxième, voire la première place. Le domaine skiable français est le plus important au monde, en taille et en remontées mécaniques. C’est clairement le manque de neige à Noël ces deux dernières années qui a impacté sa fréquentation. Nous devons investir dans des réseaux d’enneigement capables de saisir les fenêtres de froid. Nous devons également être précautionneux financièrement pour que nos sociétés ne soient pas en péril, si elles devaient encore faire face à l’aléa climatique. Je vous rappelle que nous avons déjà divisé par trois notre exposition à ce dernier depuis 25 ans, grâce à la neige de culture, au damage et aux travaux sur les pistes."

ALORS QUE TOUTES LES STATIONS DE SKI DOIVENT IMPERATIVEMENT - SANS DELAI - FAIRE PREUVE DE RESILIENCE FACE AU DEFI ENERGIE CLIMAT !


➡️ Et prochainement, l'enquête publique se tiendra du lundi 16 août 2021 au lundi 20 septembre 2021.

➡️ Instagram de "Sauvons Beauregard" https://www.instagram.com/sauvons_beauregard

➡️ Facebook de "Sauvons Beauregard" https://www.facebook.com/sauvonsbeauregard


 

En attendant, dans la petite station de la Féclaz, Massif des Bauges, 1500m d'altitude, les habitants, contre le projet de retenue collinaire de 28000m3 pour de l'enneigement artificiel, ont perdu le combat.







297 vues0 commentaire