top of page
En apprendre plus...

Cher monde d’avant...




Quel bonheur ce fut de te connaître. J’ai été heureuse. Nous nous sommes bien amusés. Mais je ne t’aime plus. Tu as menti. Je ne savais pas… Professionnellement, socialement, éduquée pour foncer, sans me retourner, j’ai finalement renoncé, rattrapée par la prise de conscience, le monde qui nous entoure, le climat…

 

Cher ski,

Je ne t’aime plus non plus. En tout cas plus comme avant. Depuis mes 3 ans, j’ai dévalé les pentes, en ski, de plus en plus vite, avec bonheur, sans me retourner, comme dans ma vie d’avant : chasse neige, stem, virages coupés… ce fut le pied. Je randonnais aussi à pied. La combinaison des deux me satisfaisait.

Mis à mal par le changement climatique, tu fais maintenant partie des priorités d’une minorité qui souhaite te maintenir en vie, malgré la dérive en cours. Les stations de ski n'existeront plus dans un futur plus ou moins proche. Malgré un consensus scientifique et de nombreux articles, les investissements pour conforter ton modèle continuent de plus belle. #business_as_usual

Nouveaux projets, constructions démentielles, détournement de l’eau des sources, investissements en dizaines voire centaines de millions d'euros (souvent de l'argent publics), altération des écosystèmes locaux, prolongement de la dépendance de nombreuses vallées à la mono activité du tourisme elle même dépendante d'une mono acitivité du ski, déboisements massifs, mise à mal de la biodiversité, fragilisée aujourd’hui... Cette économie qui fut salvatrice est aujourd’hui destructrice.

Tu consommes beaucoup, beaucoup, beaucoup d’eau et d'énergie. Il faut fabriquer ta matière première, la neige.

retenue d'altitude de la Loze, Courchevel

pour développer le réseau d’enneigeurs

sur la piste l’Eclipse des championnats du monde

La crise énergétique t’affecte, toi la super niche économique, pesant non seulement sur le portefeuille des promoteurs de projets, mais aussi sur celui des skieurs.

La crise environnementale, la crise sociale t’affectent, mais « ILS » te maintiennent en vie afin de profiter encore et toujours des gains importants et rapides que tu apportes. Le souci est qu’en cas d'échec, « ILS » risquent de faire sombrer l'ensemble des communautés et des habitants qui dépendent d’eux, de toi.


photo Valérie Paumier, la Clusaz le 4 janvier 2023

Ces nouvelles données climatiques devraient faire prendre conscience de s’arrêter. Observer, dialoguer, s’informer, appeler les scientifiques, inventer tous ensemble un monde où la ressource en eau et la consommation énergétique seraient rationalisées, partagées, économisées, se respecter, ne pas juger, regarder en avant, la biodiversité protégée, devraient être nos priorités.



Plus de 50 ans séparent le bébé que j’étais à la femme que je suis. 35 ans séparent l’ado que j’étais à la femme que je suis. 10 ans seulement séparent la femme que j’étais, confrontée à la prise de conscience du risque climatique et de sa dimension systémique, à la femme que je suis.

Depuis je ne cesse de penser. Ma vie, je l’ai changée. Heureuse je suis.

Forêts, animaux, silences, neige éphémère et pure, émerveillements, sources d’eau, ruisseaux, végétaux… je m’évertue à apprécier, contempler, informer, comprendre…

 

Chère montagne,

Je vais tenter d'argumenter au mieux pour :

  • créer un conservatoire national de la montagne et ainsi sanctuariser les glaciers, nos réserves d'eau potable,

  • oeuvrer pour une pratique raisonnée de la montagne permettant une gestion durable des ressources,

  • continuer à travailler afin d'adopter un vrai traité "transalpin" global européen sur la montagne et la préservation des écosystèmes,

  • proposer la multiplication des zones protégées,

  • continuer à sensibiliser,

  • proposer une réflexion stratégique de l'agriculture de montagne,

  • continuer à demander la mise en place de tables rondes avec les habitants afin d'apprendre de nouveaux récits,

  • poussier pour la mise en place d'un moratoire sur l'immobilier

  • penser Résilience Territoriale et donc alimentaire,

  • ...

Monter, grimper, prendre de la hauteur ou plutôt,

recevoir la hauteur, nous allons y arriver.

A mes grands-parents, à mes parents, à mes enfants. Pensées pour Sauvons le Plateau de Beauregard de la Destruction - la Clusaz et La Cluzad



3 011 vues0 commentaire

Comments


bottom of page